WWW.DISSERTATION.XLIBX.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Dissertations, online materials
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:     | 1 | 2 || 4 | 5 |   ...   | 9 |

«UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ...»

-- [ Page 3 ] --

Quels sont les éléments constitutifs d'une seigneurie ? Un tel espace comprend d'abord un domaine réservé au seigneur pour les bâtiments (manoir, écuries, granges, moulins) et la culture du sol. S'y ajoute une propriété pour la fabrique, comprenant église, presbytère et censive. On rencontre aussi une commune, c'est-à-dire un terrain appartenant à l'ensemble des habitants qui peuvent y faire pacager leur cheptel. Viennent ensuite les terres concédées aux habitants et finalement, les terres non concédées où il est interdit de s'y rendre et de couper du bois.

Voyons maintenant les principales caractéristiques de la région où se situe la seigneurie retenue, c'est-à-dire la région de la Côte-duSud.

3. La Côte-du-Sud La région de la Côte-du-Sud où se trouve située la seigneurie qui fait l'objet de la présente étude a une histoire qui remonte aux débuts de la colonisation de la vallée laurentienne (carte 3). À l'époque de la Nouvelle-France, sous la plume des i ntendants, l'expression « coste du sud » désigne une réalité strictement physique : la rive sud du fleuve Saint-Laurent.23 De nos jours, cette région s'étend de Beaumont à Rivière-du-Loup (carte 4).

. Jacques Saint-Pierre, L'aménagement de l'espace rural en NouvelleFrance Les seigneuries de la Côte-du-Sud, Peuplement Colonisateur aux XVIIe et XVIIIe siècles, Cahiers du Célat, no 8, novembre 1987, p. 45.

Deux principaux traits dominent le paysage sudcôtois : il y a tout d'abord les montagnes qui occupent une très importante superficie de cette région, puis il y a la plaine du Saint-Laurent (carte 5). Cette plaine constitue en fait une large bande de terre d'une largeur d'environ trente kilomètres à l'ouest qui rétrécit à quelques kilomètres près de Rivièredu-Loup.24 L'élément qui caractérise le mieux le paysage des basses terres de la Côte-du-Sud est sans contredit les crêtes rocheuses, parallèles les unes aux autres et disposées en échelons.25 Ces crêtes abritent quelques-uns des premiers noyaux villageois de la Côte-duSud, comme par exemple Saint-Denis, Sainte-Anne-de-la-Pocatière, Cap-Saint-Ignace et Saint-François. Offrant une protection contre les vents froids du nord-est qui hypothèquent sérieusement le climat du littoral, elles rompent la monotonie d e l à plaine qui s'avère la partie pittoresque de la région.

Les affleurements rocheux, en bordure du fleuve Saint-Laurent, forment de nombreuses pointes (Saint-Michel, Saint-Vallier...) qui

–  –  –

définissent une succession d'anses ouvertes vers l'est et vers l'ouest.27 Nous pouvons penser que ce découpage particulier aurait pu favoriser la navigation en créant des abris naturels. Cependant, la présence d'une vaste terrasse marine, tout au long du littoral, fait en sorte que la plupart de ses baies s'assèchent lors de la marée basse. Par contre, certaines de ces anses ont été utilisées comme plages.28 Bien entendu, le fleuve Saint-Laurent est le cours d'eau le plus important de la région. Il draine les principales rivières de la Côte-duSud. « Après avoir dévalé du plateau apalachien, elles s'étirent dans la plaine pour rejoindre le fleuve en franchissant de petites chutes qui ont fait tourner la plupart des moulins à farine érigés dans les seigneuries. » Cependant, même si les rivières ont favorisé la pénétration à l'intérieur des terres, elles ont, par contre, nui aux communications avant la construction des premiers ponts, puisque ces dernières ne pouvaient être passées qu'à gué, et qu'aux périodes de crue, elles étaient tout simplement infranchissables.

–  –  –

biogéographiques différentes : les îles du Saint-Laurent, la plaine littorale de Montmagny-Bellechasse, la plaine littorale de Kamouraska, le piedmont et le plateau des Appalaches (l'arrière-pays).

Les îles du Saint-Laurent sont subdivisées en deux groupes ;

l'archipel de Montmagny et le chapelet d'îles qui s'échelonne tout le long du littoral de Kamouraska. Cependant, seulement deux de ses îles ont été habitées de façon permanente : l'île aux Grues et l'île aux Oies. Une grande prairie, ayant peu de rendement agricole dû au taux élevé d'humidité, sépare les deux îles. Les terres cultivées ont, encore aujourd'hui, une fertilité naturelle modérée. La principale ressource de ces îles était le foin de grève. On y retrouvait des essences comme le chêne, le pin, le tilleul et l'ostryer.31 La plaine littorale de Montmagny-Bellechasse était composée d'une végétation mixte de conifères et de frênes, sur les terres aux abords du fleuve. On pouvait y retrouver également, au niveau de la. Alain Laberge et al., Histoire de la Côte-du-Sud, Iqrc, 1993, p. 31.

. Ibid., p. 33.

plaine de la rivière du Sud, des chênes blancs, des érables rouges, des ormes ainsi que des sapins, des cèdres et des pins blancs.

Mentionnons aussi des espèces comme le raton-laveur, la martre, le renard, le lièvre, la perdrix et l'écureuil. C'est à cet endroit que l'on retrouve, encore aujourd'hui, les sols limono-argileux les plus fertiles de la région.32 La plaine de Kamouraska était recouverte d'une forêt boréale de conifères et d'aulnes, abritant des espèces comme l'orignal et le castor. On constate la présence d'une variété de spartine (herbe salée) à travers la flore littorale. La faune aquatique recelait d'espèces comme l'éperlan, le hareng, l'anguille, le saumon, l'alose, le bar et le marsouin blanc (béluga). Le potentiel agricole est comparable à celui de la plaine littorale de Montmagny-Bellechasse, abstraction faite du facteur climatique.





La zone biogéographique du piedmont comprend la seigneurie dont nous faisons l'étude. La majorité des érablières de la Côte-duAlain Labergeet al., Histoire de la Côte-du-Sud, Iqrc, 1993, p. 33-35.

. Ibid., p. 35-37.

Sud se retrouve dans cette zone. C'est la forêt qui prédomine avec des essences comme l'érable, l'hêtre et le bouleau jaune. Cette forêt de feuillus abrite des espèces comme la perdrix, le lièvre et la tourte. Les sols, ayant une texture graveleuse, sont nettement moins fertiles que ceux de la plaine. Par contre, ils sont beaucoup mieux drainés et s'adaptent bien à la culture maraîchère et fruitière.34 Le plateau des Appalaches était considéré comme un paradis de chasse et de pêche avec ses lacs regorgeant de truites et sa forêt abritant de nombreuses espèces d'animaux à fourrures ainsi que des cervidés. Avec son climat plus froid, les pluies sont plus abondantes dans cette zone. La forêt boréale recèle différentes essences comme par exemple, l'épinette blanche, l'épinette noire, le sapin, le mélèze, le

–  –  –

pierreux, la culture y est presque impossible.35 L'humanisation de la Côte-du-Sud commence au XVIIe siècle avec l'arrivée de quelques immigrants venus de France. À ceux-ci Alain Laberge étal., Histoire de la Côte-du-Sud, Iqrc, 1993, p. 37.

. Ibid., p. 37-39.

s'ajoutent d'autres censitaires issus des environs, comme par exemple, de l'île d'Orléans. Mais, qui sont les gens qui décident d'aller s'installer dans une région comme la Côte-du-Sud et quels sont les motifs qui les poussent à s'y établir ? Dans 75 % des cas, ce sont de jeunes couples ayant peu d'enfants, mais aussi des couples plus âgés ayant des enfants en âge de fonder un foyer. Le dernier 25 % se compose presque uniquement de jeunes célibataires masculins. On peut observer quelquefois l'arrivée de veufs ou de veuves et, à l'occasion, de quelques jeunes filles. 36 Les motifs poussant ces gens à aller s'établir dans cette région peuvent être variés : peu ou pas d'héritages, difficultés à s'établir sur une nouvelle terre car il n'y en a plus de disponibles, attrait particulier pour l'aventure, liens de parenté avec d'autres déjà établis. On peut ajouter que cette région offre de nombreux avantages comme par exemple sa proximité de Québec ainsi que la qualité et l'abondance de ses terres.

. Joseph Bouchette, Description topographique de la province du BasCanada, Londres, W. Faden, 1815, p. 568 cité par : Alain Laberge et al., Histoire de la Côte-du-Sud, Iqrc, 1993, p. 69.

Les nouveaux habitants de la Côte-du-Sud ont cependant dû s'acclimater à leurs nouvelles conditions de vie. Le climat de la Côtedu-Sud est sans contredit sous influence marine. De plus, les habitants d'alors faisaient face à un refroidissement général qualifié de

–  –  –

siècle jusqu'au début du XIXe siècle.

Les colons devaient également composer avec l'environnement, couvert de bois francs (érables, hêtres et bouleaux jaunes). Ils défrichèrent puis ils s'adonnèrent surtout à l'agriculture ; la pêche et la vente de peaux de fourrure viendront compléter leurs activités agricoles. En outre, en prenant exemple sur les Amérindiens, ils apprirent à construire des canots d'écorce de bouleau et à utiliser les produits de l'érable. Le déboisement fit apparaître des arbustes fruitiers sauvages comme le framboisier, le noisetier, le merisier et le cerisier à grappes, dont les produits serviront à préparer les desserts que nous connaissons encore.

4. La seigneurie de Beaumont Du haut de la falaise qui varie entre 30 et 50 mètres, en face de l'île d'Orléans, s'étend la seigneurie de Beaumont. Joseph-Edmond Roy écrivait en 1897 dans son livre portant sur Nicolas LeRoy et ses

descendants :

« La paroisse de Beaumont, si calme, si tranquille, avec sa vieille église perchée au sommet d'un promontoire d'où la vue découvre l'horizon superbe, que de souvenirs elle éveille à mon esprit chaque fois que les hasards de la vie m'y ramènent ! C'est là que fut le berceau de ma famille. Depuis deux cents ans quelques-uns uns des miens y ont vécu, peiné, souffert. Ces champs, ce sont des hommes de mon sang qui les ont fait fructifier. Que de fois ils ont parcouru ces grèves, sous le grand soleil ou par des nuits d'orage, pour y relever leurs filets de pêche. À l'ombre de ces ormes touffus, ils se sont assis, dans un jour de joie ou de deuil. Dans ce vieux cimetière, au bord de la falaise, en face de la grande mer, combien d'entrés eux dorment leur dernier sommeil ! Ils y reposent en paix. »37 La vue est tout simplement s plendide lorsque nous sommes à Beaumont. Les paysages y sont époustouflants. Il y a, bien sûr, le. L'Abbé A. Dion, Topographie de Montmagny, Québec, L'action Catholique, 1935, p. 38.

fleuve Saint-Laurent et les coteaux verdoyants de la magnifique île d'Orléans. Au fond, à l'arrière-plan, on peut apercevoir les montagnes de la chaîne des Laurentides, un peu brumeuses par temps chaud.

Elles suivent le fleuve Saint-Laurent avec des mouvements d'une parfaite souplesse. Elles font par temps clair, une suite de vertes dentelures légères au-bas d'un ciel bleu clair.

Mais, d'où provient le nom de Beaumont ? Lors de la concession de la seigneurie, il n'est pas fait mention du nom de Beaumont. Il n'apparaît que quelques années plus tard, ce qui suppose que c'est le seigneur Couillard lui-même qui a choisi ce nom. Il semble qu'il vienne d'un village de France que connaissait la famille Couillard. Cette seigneurie ayant comme front le fleuve Saint-Laurent, s'étend sur une lieue et demie de profondeur entre la seigneurie de Vincennes appartenant au sieur Bissot, à l'ouest, et la seigneurie de La Durantaye appartenant à Monsieur de La Durantaye, à l'est. Cependant, on ne réussit pas à s'entendre sur l'étendue en front de la seigneurie. À la. Pierre-Georges Roy, À travers l'histoire de Beaumont, Lévis, 1943, p. 15suite de nombreuses recherches, nous pouvons dire que celle-ci mesure environ une lieue et demie de front.

Les cours d'eau jouent un rôle important dans le développement de la seigneurie de Beaumont. Il y a tout d'abord le ruisseau de l'église où le seigneur Couillard établit son moulin. Ensuite, il y a le ruisseau Maillou. Son nom provient du premier colon, Michel Maillou, qui reçut la concession du premier lot de Beaumont. Ce ruisseau prend sa source dans un lac d'une superficie de deux kilomètres carré connu sous le nom de lac du Nord ou lac de Beaumont, situé à la limite-est de la savane « Claire ».

Le ruisseau Maillou coule vers le nord-est sur dix kilomètres en traversant toute la paroisse de Beaumont, en diagonale. Il finit sa course dans une falaise qui constitue la chute à Maillou.39 Enfin, il y a la rivière Boyer. C ette r ivière s e situe dans le troisième rang delà seigneurie de Beaumont. Puisque la présence de ce cours d'eau est avantageuse pour les communications et la qualité des sols, le. Arthur Labrie, Le moulin de Beaumont, Québec, 1983, p. 10-11.

troisième rang de la seigneurie de Beaumont se développera avant le second rang.

Ainsi, l'environnement rural à l'époque du régime français fait partie intégrante de la vie des habitants. C'est en analysant différents aspects de cet environnement, comme par exemple les structures agraires, les cours d'eau, le climat, la faune et la flore, que l'on comprend mieux le mode de vie des seigneurs et des censitaires à cette époque et les raisons qui les ont poussés à humaniser ces espaces, dans ce cas-ci, la seigneurie de Beaumont.

–  –  –

Les seigneurs sont les gestionnaires de l'humanisation que connaît l'environnement, dans une structure agraire comme celle qui eut cours en Nouvelle-France. Les pages qui suivent vont montrer, d'une part, l'œuvre accomplie à cet égard par les seigneurs de Beaumont, de l'autre, certains éléments de leurs relations sociales et de leur fortune.

1. Les ancêtres des seigneurs de Beaumont Guillaume Couillard de Lespinay (Annexe 1) est l'ancêtre des trois seigneurs Couillard dont nous faisons l'étude (Annexe 2). Il est né vers 1591 et est originaire de Saint-Malo ou de la paroisse de SaintLandry de Paris. On le dit charpentier, matelot et calfat.



Pages:     | 1 | 2 || 4 | 5 |   ...   | 9 |


Similar works:

«Heathbrook Park Management Plan 2008 Heathbrook Park Management Plan 2008 – 2013 Index Timetable Site description Wandsworth Open Space Study Current management Future management Action plan 1 Heathbrook Park Management Plan 2008 Written for and on behalf of Wandsworth Council Parks Service by: Jennifer Ullman, Chief Parks Officer, Valerie Selby, Principal Parks Officer (Biodiversity) Patrick Phelan, Horticultural Development Officer Geraldine Kelly, Strategy and Information Officer First...»

«One Cancer Cure! © 2012 Keith Pendlebury One Cancer Cure “Most people only need to be cured one time.” Home-based Cancer Prevention and Chemotherapy Keith Pendlebury Published online in March 2012 Check every 6 months for most current information. You have permission to print and mail this, email this and pass it along for free to anyone you like, as long as you make no changes or edits to its contents or digital format. Please share this with everyone you know. The right to bind this and...»

«1 Progress report (Review Article) Geographies of Development III: Militancy, insurgency, encroachment, and development by the poor. Forthcoming: Progress in Human Geography.This is a pre-print. For the formatted article please go to: http://phg.sagepub.com/content/early/2014/03/26/0309132514527031.abstract Richard Ballard ballardr@ukzn.ac.za School of Built Environment and Development Studies, University of KwaZulu-Natal, South Africa Keywords: Agency, social movements, insurgent citizenship,...»

«Zentrum für Marine und Atmosphärische Wissenschaften Institut für Meereskunde Leitstelle Deutsche Forschungsschiffe www.ifm.zmaw.de/de/leitstelle/ Barter Cruises Guide for the use of RV METEOR and RV MARIA S. MERIAN Background Both, R/V METEOR and R/V MARIA S MERIAN are part of the European barter system that six major partners run since 1996: BMBF (D), IFREMER (F), NERC (UK), NIOZ (NL), CSIC (E), and IMR (Bergen, N). The use of both ships within barter cruises needs to be implemented into...»

«THE EFFECTS OF GLAUCOMA FILTERING SURGERY ON THE VARIABILH'Y OF DIURNAL INTRAOCULAR PRESSURE* BY Jacob T Wilensky, MD, Ran C. Zezmer; PhD (BY INVITATION), David K Gieser; MD (BY INVITATION) AND (BY INVITATION) Bruce H. Kaplan, MD INTRODUCTION ELEVATED INTRAOCULAR PRESSURE (IOP) IS RECOGNIZED AS A SIGNIFIcant risk factor in the development of further vision loss in glaucoma patients. The IOP varies during the day, so single measurements in an ophthalmologist's office may not be representative of...»

«San Diego Linguistic Papers 6 (2016) 14-28 Lexical Access in the Second Year: A Cross-linguistic Study of Monolingual and Bilingual Vocabulary Development Stephanie DeAnda1,2, Kristi Hendrickson3, Pascal Zesiger4, Diane Poulin-Dubois5, Margaret Friend1 1 San Diego State University; University of California, San Diego; 3University of Iowa; 2 4 University of Geneva; 5Concordia University 1 Introduction Previous research documents a significant increase in vocabulary size and speed of word...»

«LANGUAGE & COMMUNICATION Language & Communication 27 (2007) 320–335 www.elsevier.com/locate/langcom Recombinant selves in mass mediated spacetime Asif Agha * Department of Anthropology, University of Pennsylvania, 323 University Museum, 3260 South Street, Philadelphia, PA 19104-6398, United States Abstract Bakhtin proposed that novelistic ‘‘chronotopes’’ (depictions of place-time-and-personhood) implicitly frame readers’ acts of construing a novel’s plot and explicit content in...»

«Baltic J. Modern Computing, Vol. 1 (2013), No. 1-2, pp. 1–8 Implementation of Participatory Sensing Approach in Mobile Vehicle Based Sensor Networks Artis MEDNIS Cyber-Physical Systems Laboratory, Institute of Electronics and Computer Science, 14 Dzerbenes Str., Riga, LV 1006, Latvia artis.mednis@edi.lv Abstract. In this paper author describes his research with the goal to develop and experimentally verify specific data recording and processing methodologies based on participatory sensing...»

«AN ANALYSIS OF THE ESSAYS OF P. LESEYANE LEBALANG FREEDAH KHLTMALO (i) AN ANALYSIS OF THE ESSAYS OF P. LESEYANE by LEBALANG FREEDAH KHUMALO B.A. HONOURS Dissertation submitted in fulfilment of the requirements for the degree Master of Arts in the Department of African Languages at the POTCHEFSTROOMSE UNIVERSITEIT VIR CHRISTELIKE HOER ONDERWYS SUPERVISOR: PROFESSOR P.R.S. MAPHIKE INTERNAL SUPERVISOR: MR R.S. PRETORIUS POTCHEFSTROOM 1997 (ii) ACKNOWLEDGEMENTS I wish to express my indebtedness to...»

«L e g a L Wo r k i n g Pa P e r S e r i e S N o 8 / J u ly 2 0 0 9 naTionaL reSCUe MeaSUreS in reSPonSe To THe CUrrenT FinanCiaL CriSiS by Ana Petrovic and Ralf Tutsch L E G A L WO R K I N G PA P E R S E R I E S N O 8 / J U LY 20 0 9 NATIONAL RESCUE MEASURES IN RESPONSE TO THE CURRENT FINANCIAL CRISIS by Ana Petrovic and Ralf Tutsch 1 This paper can be downloaded without charge from In 2009 all ECB publications http://www.ecb.europa.eu or from the Social Science Research Network feature a motif...»

«Title of Session: Math Resources K-20 Moderator: Jeff Cooper Title of File: 20091201math Date: December 1, 2009 Room: Math Resources Group JeffC: There might be a couple more joining us. so we'll start in a minute or two. BJB2: Given any thought to reviving your physics group, Pat? JeffC: how have you been Pat? how's the physics stuff going? BJB2 grins.see, we missed you, Pat! PatV: The past few moths have been very hectic. I am now in my brand new house and beginning to feel settled. Yes, I do...»

«Correlation versus prediction in children’s word learning: Cross-linguistic evidence and simulations ELIANA COLUNGA, LINDA B. SMITH, AND MICHAEL GASSER* University of Colorado at Boulder Indiana University Abstract The ontological distinction between discrete individuated objects and continuous substances, and the way this distinction is expressed in di¤erent languages has been a fertile area for examining the relation between language and thought. In this paper we combine simulations and a...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2016 www.dissertation.xlibx.info - Dissertations, online materials

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.